La vente en ligne de médicaments : enjeux et risques pour le pharmacien

Écrit par Julien Vervel
Temps de lecture estimé : 8 minutes

La vente en ligne de médicaments : Introduction

La vente en ligne de médicaments, bonne ou mauvaise idée ? Vendre des médicaments sur Internet se développe en Santé. C’est un marché en pleine croissance. Plus d’accessibilité, mais aussi plus de risques de dérives pouvant impacter le patient.

Le e-commerce de médicaments : origine et encadrement 

1 Français sur 10 achèterait ses médicaments en ligne d’après le Nouvel Observateur Santé. En effet, l’Union Européenne a émis cette autorisation dès 2011. La France s’est alignée le 02 Janvier 2013 face à la pression de ses voisins Européens. 

Ce commerce des produits de santé sur Internet reste donc très réglementé en France. Comptez plus de 400 e-officines sur les 22 500 pharmacies Françaises. En comparaison,13% des pharmacies allemandes font de la vente en ligne de médicaments, et ce depuis 2003 !

Une e-officine ne peut être ouverte que par le pharmacien titulaire d’une officine, inscrit à l’Ordre national des pharmaciens. Les règles de bonnes pratiques de dispensation des médicaments et certains articles du Code de Santé Publique sont clairs. En effet, la vente en ligne ne doit pas comporter de médicaments à prescription obligatoire. Vous ne pouvez donc acheter que des médicaments sans ordonnance.

Le site autorisé doit obligatoirement dépendre d’une officine réelle, et proposer des produits ayant une autorisation de mise sur le marché en France. L’Europe a récemment élargi le nombre de spécialités pharmaceutiques vendables sur Internet.

Ce dernier doit ainsi avoir été accepté par le directeur de l‘Agence Régionale de Santé. L’Ordre des pharmaciens doit être prévenu de son existence. Il tient la liste des sites de vente en ligne de médicaments  autorisés par les agences régionales de santé.

En cas de risque pour la Santé des patients, ce dernier peut intervenir. Le pharmacien risque la fermeture de son site pendant cinq mois maximum, voire recevoir une amende administrative.

 Les sites de vente en ligne autorisés doivent aussi afficher un logo européen commun. Sur les e-officines Françaises, un drapeau français avec le texte “Cliquer pour vérifier la légalité de ce site” doit de plus apparaître.

La e-officine n’est finalement qu’un prolongement de l’officine, et non un substitut de celle-ci. Une pharmacie qui cesse son activité voit donc son site Internet fermer.

La vente en ligne de médicaments : une activité complémentaire pour le pharmacien

Vente en ligne de médicaments : les avantages !

Autoriser la vente en ligne de médicaments en France était inévitable. La moitié des clients d’une e-officine a entre 25 et 34 ans. Les patients achètent déjà des médicaments en ligne sur des sites basés à l’étranger et moins sécurisées. Un site n’a pas de frontières mais la digitalisation de la santé doit rester contrôlée.

Ces achats de produits de santé en ligne doivent se faire en toute confiance auprès de pharmaciens responsables. Une e-officine référencée ne permet un accès qu’à des médicaments sûrs et de qualité.

Acheter des médicaments à distance est pratique pour plusieurs raisons. Le patient est plus en confiance pour acheter des produits d’hygiène intime. C’est plus confidentiel et il ne sent pas jugé. Sa volonté de pudeur est respectée.

De plus, une e-officine permet une équité des prix. Les médicaments en vente libre ont un prix variable d’une pharmacie à l’autre. Ces prix sont plus transparents ici et on peut les comparer sans se déplacer. La vente de médicaments en ligne représente un panier d’articles en moyenne de 40 à 60 €.

Les pharmacies en ligne suivent la logique d’un nouveau profil de patients. 70% des patients utilisent google pour répondre à leurs questions de santé. Les recherches concernent une maladie, un symptôme ou la posologie d’un médicament.

Le nouveau profil de patients veut être plus acteur de sa santé. Il veut  faire ses propres recherches et avoir plusieurs sources d’informations. Le personnel soignant devient plus un accompagnateur qu’un décideur. Le patient décide qui le soigne, comment il se soigne et où il se soigne. La pharmacie sur Internet devient un lieu de choix du traitement comme un autre.

Les dangers des e-officines : sécurité, éthique & déontologie

L’ordre des pharmaciens reste inquiet concernant l’indépendance de la profession. Le médicament n’est pas un article de consommation comme les autres. Banaliser le commerce en ligne de médicaments est dangereux. 

En effet, les Français font partis des plus gros consommateurs de produits de santé. Acheter en ligne est plus abstrait que choisir, prendre, tendre et payer un produit en réel. Le patient perd encore la notion d’argent, dans un système Français où la méconnaissance des coûts de prise en charge demeure.

Le manque de contact avec le pharmacien peut de plus être dangereux pour le patient. En effet, le patient peut avoir une sensibilité particulière. Le patient qui commande transmet des données confidentielles et importantes pour sa prise en charge. Internet ne voit pas l’âge du patient, son sexe, ses autres pathologies, ses connaissances et ses croyances.

Commander sur une e-officine ne permet pas d’alimenter le dossier pharmaceutique. En effet, le dossier pharmaceutique permet de voir l’historique des traitements antérieurs. Le patient est plus connu donc mieux conseillé et mieux protégé.

50% des médicaments vendus sur Internet sont des médicaments falsifiés selon l’OMS. Ces produits de santé sont contrefaits ou non autorisés sur notre marché. C’est un problème de santé publique car le patient risque une aggravation de son état, et donc des coûts de prise en charge.

Les pharmacies en ligne sont aussi un problème économique. Les petites pharmacies sont désavantagées. En effet, les grandes officines peuvent faire des remises, un site internet optimisé et des prix cassés. Les patients et les Etats doivent de plus en plus économiser sur leur budget santé. La rude concurrence entre officines devient donc physique et digitale.

De nouveaux rôles pour le pharmacien 

Le patient reçoit sa commande chez lui ou peut aller la chercher à l’officine responsable. Le pharmacien  a la responsabilité du contrôle, de la préparation et de la livraison.

Le pharmacien doit protéger les données de santé du patient, y compris en ligne. Ce sont des données sensibles. En effet, la Commission nationale de l’informatique et des libertés les protègent. Un hébergeur HDS est agréé par le ministère de la santé. Le pharmacien assure quant à lui la sécurisation de son site internet. Le site de la e-officine n’a pas le droit d’inciter à la surconsommation de médicaments.

La E-réputation du pharmacien et de l’e-officine !

Le pharmacien de 2021 est toujours plus polyvalent. La digitalisation en santé lui permet d’économiser plus de temps, pour se consacrer davantage à l’accompagnement du patient. En effet, les robots actuels permettent de stocker avec autonomie et sans erreur les médicaments. Les boîtes sont classées par format, et délivrables au pharmacien par un écran tactile.

Aujourd‘hui, le pharmacien s’adapte toujours plus aux disponibilités du patient. Des drives se mettent en place pour servir les patients pressés, tandis que l’on prend son temps avec les pathologies les plus lourdes. Les patients à maladie chronique bénéficient maintenant d’ Entretiens Thérapeutiques Pharmaceutiques réguliers.

La place du pharmacien a donc toujours plus d’impact dans la vie du patient. Le pharmacien doit davantage faire preuve de responsabilités et de disponibilités pour l’accompagner. Dans l’intérêt du patient, le pharmacien peut refuser de délivrer une commande Internet et réorienter si besoin vers le médecin traitant.

Ouvrir une e-officine, c’est accepter le choix d’un patient de vouloir se faire servir autrement, adopter aussi une communication digitale complète, et lui fournir une prestation de valeur équivalente.

 L’agence HealthCie à Paris et Bordeaux vous accompagne dans la création de votre e-officine, pour garder ce lien de satisfaction et de confiance malgré la distance.

 

Découvrez HealthCie, le Créateur Digital des Professions Médicales à Paris

Téléphone
06 77 39 02 75
HealthCie
74 Quai de Bacalan

33300 Bordeaux

1° Étage – Incub INSEEC

Email
hello@healthcie.fr
Julien Vervel

Julien Vervel

Co-fondateur de l'agence HealthCie

Retrouvez d’autres articles sur la Communication du praticien 

Création d’un site internet médical : quels sont les enjeux ?

De nos jours, il est primordial de posséder un site internet. Que ce soit simplement pour que vos patients puissent entrer en communication avec vous ou pour agrandir votre patientèle, une page web est le meilleur outil pour atteindre vos objectifs. Contrairement aux autres médias, le Web est accessible de partout à travers le monde, en tout temps et par tout le monde.

Pourquoi optimiser le référencement de votre site web médical ?

Avant de prendre une décision, vos futurs patients vont aller se renseigner sur internet pour trouver des avis sur les praticiens et des informations sur votre spécialité. Pour développer votre file active il est important d’être là où ils sont très actifs, en l’occurrence sur internet. L’art du référencement naturel permet de positionner au mieux votre site sur Google.

Comment optimiser le Google My Business d’un cabinet médical ?

Google My Business est un outil de Google. Il permet de créer une fiche qui booste votre référencement local sur internet. Lors des recherches effectuées sur Internet, les internautes obtiennent des informations sur les entreprises et services autour d’eux. Cela permet également de vous répertorier géographiquement dans la Google Maps.