E réputation médicale : un enjeu les Professionnels de Santé

Écrit par Julien Vervel
Temps de lecture estimé : 7 minutes

Pourquoi soigner sa réputation de médecin sur Internet ?

Selon une récente étude de Bright local, ce sont les médecins et les dentistes qui sont le plus impactés par leur réputation. On constate que les chirurgiens, les médecins, les anesthésistes et les dentistes sont les professionnels de santé les plus exposés au problème d’e-réputation. Ainsi, les patients sont de plus en plus nombreux à explorer la toile avant de choisir leur praticien.

E réputation médicale : de quoi parle-t-on ?

L’e-réputation représente l’image que renvoie Internet d’une personne ou d’une marque. On trouve sur la toile de nombreux éléments sur un praticien ou son cabinet.

Ces informations ne pouvant être complètement maîtrisés, on peut également parler d’e-notoriété. Cette réputation numérique regroupe l’ensemble des informations présentes sur les réseaux sociaux (Facebook; LinkedIn), les annuaires professionnels (Google My Business), les forums de discussion et les blogs.

La e-réputation médicale est donc la réputation sur Internet ; celle-ci peut, être méliorative ou péjorative. Votre identité numérique peut orienter favorablement ou défavorablement l’opinion de vos patients. On peut clairement comparer l’e-réputation au bouche-à-oreille d’antant.

 

Dans un monde ultra-connecté, les éléments et informations vous concernant sont accessibles par l’ensemble des internautes. En 2020, la gestion de l’image numérique devient aujourd’hui un enjeu essentiel pour les professionnels de santé.

E réputation médicale : un enjeu important

Pour obtenir des informations sur une personne, une marque ou un produit, le premier réflexe aujourd’hui est de « googleiser ».  C’est l’action de rechercher sur Google. Soit dit en passant, ce moteur de recherche représente 92% des parts de marché sur la recherche en ligne en France.

 Les renseignements et les informations recueillies lors d’une recherche permettent donc d’émettre un premier avis sur un praticien ou son cabinet.

Vos patients vous cherchent sur internet de la même manière ! Selon une récente étude de Bright local, ce sont les médecins et les dentistes qui sont le plus impactés par leur réputation. On constate que les chirurgiens, les médecins, les anesthésistes et les dentistes sont les professionnels de santé les plus exposés au problème d’e-réputation. Ainsi, les patients sont de plus en plus nombreux à explorer la toile avant de choisir leur praticien.

La gestion de la réputation numérique est une nouvelle donne que les professionnels de santé doivent absolument intégrer dans leurs activités. Si les aptitudes et les compétences d’un patient pour évaluer un professionnel de santé sont discutables ; la recherche des praticiens sur Google et les autres moteurs de recherche est pour autant un fait non discutable.

Il est difficile d’obtenir des chiffres précis à ce sujet ; on estime aujourd’hui que deux patients sur trois consultent les avis des internautes avant de choisir le professionnel de santé qu’ils souhaitent consulter.

Encore embryonnaire en France, la pratique est très répandue dans certains pays. Aux États-Unis, les patients ont pris l’habitude de noter leur médecin et de laisser un avis, bon ou mauvais, sur Internet, comme on le fait pour un hôtel ou un restaurant.

Depuis quelques années, des dizaines de sites d’évaluation de praticiens fleurissent ainsi sur le web américain, dont l’un des plus connus, rateMds.com («Note mes docteurs»), dénombre plus de 2,6 millions de commentaires sur des professionnels de santé.

En France, ces dix dernières années, plusieurs sites se sont lancés comme Notetondoc.com, Note2bib.com, Demica.com ou encore Quiconnaitunbon.com, avant de fermer les uns après les autres. Aujourd’hui, c’est désormais Google qui décerne les bons et les mauvais points. En tapant le nom d’un médecin, on voit apparaître, à droite de l’écran, la géolocalisation de son cabinet, ses coordonnées, mais aussi les avis laissés par ses patients.

La gestion de votre e réputation médicale

L’e-réputation a un impact global et retentissant sur tout. Sur internet, la bonne ou la mauvaise réputation oriente le choix des patients en avantageant ou en pénalisant le développement de la file active. La gestion de son image numérique est un élément à prendre au sérieux. On dénombre une multitude de moyens pour vérifier son emprunte numérique afin de la comprendre et de l’analyser pour en faire un bilan précis.

Il est également possible d’améliorer sa e-réputation médicale en passant par une agence spécialisée comme HealthCie à Bordeaux.

Des stratégies permettent de faire varier positivement son image afin de développer sa visibilité et les activités de son cabinet pour accroître la file active patient et optimiser son chiffre d’affaire.

Découvrez HealthCie, l'agence de communication des professionnels de santé

Téléphone
06 77 39 02 75
HealthCie
74 Quai de Bacalan

33300 Bordeaux

1° Étage – Incub INSEEC

Email
hello@healthcie.fr
Julien VERVEL

Julien VERVEL

CEO HealthCie - Votre Communication Santé

Retrouvez d’autres articles sur la Communication médicale

Création d’un site internet médical : quels sont les enjeux ?

De nos jours, il est primordial de posséder un site internet. Que ce soit simplement pour que vos patients puissent entrer en communication avec vous ou pour agrandir votre patientèle, une page web est le meilleur outil pour atteindre vos objectifs. Contrairement aux autres médias, le Web est accessible de partout à travers le monde, en tout temps et par tout le monde.

Comment optimiser le Google My Business d’un cabinet médical ?

Google My Business est un outil de Google. Il permet de créer une fiche qui booste votre référencement local sur internet. Lors des recherches effectuées sur Internet, les internautes obtiennent des informations sur les entreprises et services autour d’eux. Cela permet également de vous répertorier géographiquement dans la Google Maps.

Pourquoi communiquer sur les réseaux sociaux lorsqu’on est soignant ?

Le community management dans le secteur de la santé est peu exploité et mal utilisé car il faut respecter les règles déontologiques, et mettre en place des stratégies de communication pour avoir des résultats évolutifs sur la durée. Des notions pas très utilisées dans le corps médical mais qui se veulent bénéfiques pour une patientèle croissante.